Les condors battent de l’aile. Défaite 7-0 à l’extérieur…

14 décembre 2012
par admin

 

Alors que Lyon s'éveillait pour fêter les lumières en ce matin du 8 décembre, les condors étaient eux déjà debout depuis longtemps, sous l'éclairage blafard des luminaires parisiens afin de rejoindre le 14° arrondissement et son stade Didot (NDLR: aucun lien avec le joueur de Toulouse) pour affronter ATSCAF.

 

ATSCAF, c'était d'abord des statistiques flatteuses à la Ibrahimovic rappelées par le directeur sportif avant le match pour motiver ses troupes. Les condors ne sont pas pourtant le genre d'oiseau à avoir peur des chiffres avant et surtout après le match… Il valait mieux car le score final sans appel avait de quoi donner le vertige… 7-0… Un score qui fait mal et qui fait souvent recette à cote et match. De match, il n'y a pas vraiment eu d'ailleurs… Une première 1/2h avec deux buts évitables puis un très bon 1/4 d'h de révolte condorista malheureusement sans marquer. Une deuxième mi-temps trop à sens unique et les buts qui défilent, plombant un peu plus les jambes à chaque fois…

 

En définitive, des condors dépités par leur piètre performance mais honnêtes quant à la qualité de l'adversaire. Pour le dernier match officiel avant noël, on rêvait d'un meilleur cadeau… Alors les condors s'en sont allés dans le froid sans s'arrêter devant les horreurs exposées sur les étals des puces avoisinant le stade… Tout était moche, comme leur performance mais c'est sûr en 2013, ils reviendront plein de bonnes résolutions et le moral gonflé à bloc pour rebondir. Peu importe la température, il est impossible de refroidir leur coeur qui brûle d'impatience et d'ambition pour le prochain match officiel. En attendant, il y a le jubilé d'Andres Moreno…

 

Pop 

Dans Non classé | Commentaires (0)

HACHETTE ET MAT

5 décembre 2012
par admin

 

Rien ne vaut une bonne petite ballade à la campagne pour remettre les idées au clair.

Et samedi  Maurepas – sa localisation mal aisée, son terrain gelé, ses douches glacées – fut donc l'endroit rêvé pour le reboot de 'CONDOR-MINATOR', film préféré de notre cher président (avec "LA GRANDE BOUFFE…. DE LA X-MAS PARTY").

 

Avec 14 machines programmées pour gagner, Chapeau MOMO pour la touche (merci encore!) et LUDONARDO en mode roman photo, nous avons donc gagné 5-2 (2-2 à la mi-temps) contre une équipe assez limitée d'HACHETTE. 

 

Que retenir de ce match?

- Adhésion de la défense des Condors au mouvement des non alignés :  1ère mi-temps un peu flottante où le hors jeu a été un concept assez flou, compensé par une combativité de tous les instants.

Ce qui ne nous a pas empêché de nous prendre 2 buts  (sur 2 occasions) en 1ere mi-temps : ouverture du score sur une passe en profondeur, puis égalisation à 2-2 sur corner du géant Moussa d'une belle tête

 

- Cadrer, c'est marquer  et… inversement : énorme domination, grosses occasions, mais…quand ça veut pas, ça veut pas. 

On en a quand même marqué 5 : 1 Kristo, 3 Gaël, 1 Diego 

On n'a pas paniqué, on ne s'est pas précipité.

 

- L'homme en jaune est un sympathisant de la cause Condorienne : arbitrage (d'après les dires de l'équipe) favorable. Notre équipe a une vraie influence, sur et en dehors du terrain. La marque des très grands ! 

 

 

Vous voulez en savoir plus?

Demandez aux autres joueurs de l'équipe !  (Faut pas déconner j'étais derrière, je ne voyais rien et j'avais froid )

Et notamment à Xav', que dis-je, à Capitaine XAVIER, qui à la faveur de la sortie successive d'URBANO (sur blessure : verdict d'ailleurs?) puis de BEN, a – étant le plus proche du banc des remplaçants – récupéré le brassard pour ne plus le lâcher ;-) 

Il vous narrera le match – un match de légende  forcément – d'une manière différente ! 

 

L'instant statistique : 

5 buts en 90 minutes, c'est…..n'étant pas adepte des statistiques Condoriennes, je laisse volontairement ce passage vide afin que notre expert international complète comme il se doit.

Je voudrais mais je ne pourrais pas dire "on a pas pris de buts quand j'étais sur le terrain" ;-) 

 

Hasta la vista, baby!

Bises

Jeff 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,
Dans Matchs | Commentaires (0)

Kristo revient et les condors s’envolent : 3-0 contre Sensormatic

22 novembre 2012
par humbert

 

Par une matinée moins fraiche que les normales saisonnières et le brouillard dense laissaient entrevoir, les Condors se sont imposés 3-0 au Nid grâce à une merveilleuse deuxième mi-temps contre une équipe nommée « Sensormatic », inconnue au bataillon.

Les recherches google sur les adversaires obscurs s’avérant infructueuses, les seules informations dont nous disposions étaient leurs résultats en championnat (1V 1N 2D) et leur classement (8ème exæquo). S’attendant à un match facile au vu des performances médiocres des ingénieurs sensormaticiens, le coach a laissé les stars Stéphane R, Humbert M et Diego ARA sur le banc, les phénomènes Morgan, Diego ARCI et Pop au repos et sanctionné Arnaud le retardataire récidiviste en le nommant titulaire au poste de juge de touche.

Même privée de ces éléments essentiels, l’équipe a belle allure : Jeff, équipés de ses nouveaux gants vierges (baptisés sobrement « les Gants » - zéro but encaissé) dans les buts ;  Xavier, Lotfi, Louis SO, le Dub en défense ; Jeannot Lecoach, Dédé la murène, Ludo, Ben au milieu ; Arthur et Kristo en attaque. Oui, vous avez bien lu : notre champion ailé national, Kristo, fait enfin son retour dans la volière en championnat après des mois d’absence.

La première mi-temps est très terne pour des Condors aux ailes crispées. Les mouvements intéressants sont principalement défensifs : deux interventions des Gants sur deux frappes molles mais cadrées des capteurs automatiques, une intervention salvatrice de la barre transversale (petit coin) pour dévier un coup franc dangereux provoqué par une faute béate de Dédé la murène aux 18 m dans l’axe, quelques bonnes circulations de balle derrière entre Ben et Lotfi (tous les deux étincelants), quelques cris de Luigi pour replacer l’équipe. Devant, mis à part quelques accélérations d’Arthur, pas grand-chose à  se mettre sous la dent. Kristo (eh oui, ça lui arrive aussi) manque même une occasion absolument immanquable. Même Dédé l’aurait mise : seul aux six mètres, gardien battu, mais plat du pied sécurité dévissé.

Finalement, que deux seuls  spectacles amusants dans cette mi-temps livide, et tous les deux hors du terrain :  les cascades des petits condoritos Del Bosque sur le bord d'une part et le ballet disgracieux des juges de touche d'autre part. D’un côté, Arnaud, dit « Nonoche » ou « le Géant », complètement désorienté et incapable de lever son drapeau sur des hors-jeux pourtant flagrants. Tellement déçu en apprenant qu’il ferait TOUT le match sur la touche, qu’il se met à faire quelques échauffements de taekwondo sur le bord du terrain pour entretenir sa forme (grands coups de pieds, pompes, abdos, etc). Cela vaut très vite un nouveau surnom à ce Zlatan de la touche : ZLATOUCHE.  De l’autre côté, un vilain juge de touche sensoriel. Dit « le chef de gare », « le fou » ou « le repris de justice », il est vêtu d’une polaire rouge et bleu marine d’un autre temps. Très partial, mais quant à lui très actif, il signale frénétiquement des hors-jeux imaginaires et s’agite beaucoup, s’attirant les foudres des supporters, notamment Morgan qui va lui tirer les oreilles à la mi-temps (sifflée sur un score de 0-0).

La chanson n’est plus la même en deuxième mi-temps grâce aux entrées percutantes des héros Diego, Stéph et Humbert (et un peu aussi parce que Kristo reste sur le terrain et que le chef de gare automatique fait son entrée et abaisse le niveau sensoriel) : les occasions  foisonnent. De quoi faire repenser sa compo au coach. Dès l’entame, un bon une-deux Steph Xavier débouche sur Kristo à l’entrée de la surface, lequel centre pour Diego qui, seul, décoche une belle frappe… A côté. Pas grave, les rapaces prennent leur envol. Après un mouvement rapide sur le côté, Kristo décoche un beau centre de son pied gauche magique, sur la tête de Diego et cette fois-ci le ballon rentre. 1-0. Prési Essienne exulte. Des primes de match sont promises.  Quelques têtes non cadrées et frappes dévissées plus tard, c’est Kristo qui double la mise, feintant une passe à Dédé seul au point de pénalty. 2-0. Puis, il triple la mise. 3-0. Du grand football, du grand Kristo, du Grand Condor. Une mi-temps pleine, un score idéal (mais logique). Les condors sont repartis !  Pour grand bonheur pour les supporters (Merci à Mo,  Prési et au ptits Dubois d'être venus  !

Relancés en championnat, c’est maintenant le match de coupe contre le ministère des Affaires Sociales qui attend les Condors. Espérons qu’ils ne seront pas stoppés dans leur envol.

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Dans Matchs | Commentaires (0)

Les condors à l’hosto : défaite 3-0

13 novembre 2012
par admin

 

L’ami du Condor le vendredi soir: « Pourquoi tu pars déjà? Il n’est que minuit et en plus du bois de l'eau depuis le début de la soirée (sic)… »

Le Condor : « Ben en fait, demain je dois me lever à 7h du matin pour aller me prendre une branlée au foot à Sartrouville sur un terrain gras et bosselé… »

L’ami du Condor : « … »

La réponse est pourtant en français, elle est incompréhensible par le commun des mortels… Il faut être un Condor pour la saisir.

 

C’est à 8h à la Porte Maillot que le rendez-vous est donné. Et oui, le voyage à Sartrouville, « magnifique » bourgade du nord-est des Yvelines, va se faire en voiture… En effet, en transports publics, il fallait partir la veille pour y arriver à l’heure. Le coach étant à Nice, son assistant ayant été blessé dans un duel avec son cousin quelques semaines auparavant, c’est Dédé Moreno qui sera le coach pour se match. Le Francisco Maturana des Condors est déjà dans son match ! Après avoir griffonné la tactique et la compo du jour sur un bout de table du bar Le Maillot, tout est fin prêt… Tout le monde est là, on peut partir. Tout le monde, sauf un incorrigible Gaulois qui arrivera 30 minutes en retard décalant le départ de certains. Par respect pour sa réputation déjà entachée par son retard de la semaine dernière, nous tairons son nom.

 

Romain et Gaël étant déjà sur place, c’est au compte-goutte que les joueurs arrivent dans ce splendide complexe Youri Gagarine.

Vêtus de leurs habits de lumières (noir et orange), nos valeureux rapaces peuvent commencer l’échauffement de manière un peu anarchique. Morgan prend alors les choses en main jusqu’à l’arrivée du coach du jour parti avec la voiture balais. Les joueurs bien échauffés, Andres réunit alors tout le monde pour donner ses consignes et la composition. Certains entraîneurs utilisent le tableau noir, d’autres le blanc, certains font des dessins, Andres a choisi d’innover. Il dispose les licences (ou vignettes Panini) sur le terrain peu aidé par la boue et le vent… Un grand moment. Sur le fond, les consignes sont claires : Verrouiller derrière les 15-20 premières minutes en densifiant le milieu et en privilégiant les tâches défensives de chacun. Le 4-5-1 devait ensuite suivant l’évolution du match se transformer en 4-4-2. C’est donc avec un stoppeur d’expérience (Dub remplacé 1min avant le début du match par Ludo), un libéro physique (Arnaud) deux latéraux vifs (Stéphane et Eric), deux milieux récupérateurs de métier (Ben et Nico), deux ailiers avec des consignes défensives mais percutant offensivement (Diego Arango et Romain), un numéro 10 dépositaire du jeu (Diego Arcinegas) et une pointe devant porter la responsabilité offensive presque seul (Gaël). Dub, Oliv’ et Urbano sur la touche offrant au coach de nombreuses solutions.

 

Le match commençant, la défense décide, contrairement aux consignes du coach, de mettre Arnaud au marquage et Ludo comme dernier défenseur. Ce cafouillage se paye cash ! La défense qui remonte le terrain pour jouer le hors-jeu, se fait prendre de vitesse sur une contre-attaque rapidement jouée par nos hôtes du jour. 1-0 après moins de 15 minutes.

Ce début de match est compliqué pour les Condors. Outre une défense peu organisée, nos joueurs dans l’axe se marchent un peu dessus, la possession de balle est nulle, les passes ne s’enchainent pas et Gaël se sent bien seul devant… Andres l’a bien vu et fait les remaniements tactiques qui vont bien. Dub rentre pour Ludo avant qu’Arango ne sorte pour Urbano. La formation passe alors à un 4-4-2 plus classique. Urbano récupère sa place de 10, Diego Arcinegas récupère sa place sur l’aile droite, Romain récupère sa place en pointe au côté de Gaël et Nico récupère lui le marquage de leur ailier droit (le 25). Tâche ingrate pour Nico qui s’y colle sans rechigner et avec maîtrise laissant ces velléités offensives de côté. L’équipe est mieux en place, mais reste dominée physiquement et dans le jeu. A noter la belle frappe de Gaël à 18 mètres bien claquée par le gardien. Seule occasion pour les noirs et oranges à se mettre sous la dent en première mi-temps.

Après la pause, Oliv’ rentre comme latéral droit. Stéphane monte d’un cran et Diego Arci’ remplace Nico qui a bien bossé à gauche. Petit à petit. Eric décale plus sur le côté, laissant à Dub le marquage de son attaquant et libérant un peu le feu follet colombien de ses tâches défensives. Les Condors se créent plusieurs actions mais elles sont à chaque fois stoppées nettes par la scandaleuse mauvaise foi du chef de gare – juge de touche de l’adversaire du jour. A noter également le talent certain de plusieurs joueurs de Hosp. Course pour feinter la mort à la moindre touchette en zone dangereuse.

C’est alors que les Condors commencent à être un peu plus dangereux que le coup de massue arrive. A la 75ème, Sur ballon arrêté, l'équipe rivale lance une frappe haute qui fait un arc, alors que personne n'arrive à mettre la tête, le 25 adverse passe devant Eric en frôlant le ballon qui descend lentement, touche le poteau et rentre doucement.. Ni Morgan, ni Eric n’ont réagit, perturbés par le bon travail du 25. Un but à oublier…

Alors que certaines actions initiées par Arango rentré plus tôt pour Romain, Arci’, Urbano ou Gaël avortent, nos adversaires du jour contre-attaquent rapidement prenant notre défense une nouvelle fois de vitesse. C’est sur l’une de ces contre-attaques que le 18 réussit un joli lob à 20 mètre. Morgan ne peut rien faire. Alors que le panneau d’affichage d'un autre temps indique 0-5 pour les visiteurs, c’est bien 3-0 pour l’ASCHC. Le score ne bougera plus.

 

Les Condors n’ont pas démérité et ont fait le job. Mais le score final reflète bien la physionomie du match, tant les noirs et oranges ont été dominés physiquement, dans les duels, en vitesse mais aussi dans le jeu.

Hormis les quelques points cités plus hauts, la rencontre s’est déroulée dans une bonne ambiance et nos adversaires du jour étaient relativement correctes par rapport à ce qu’ils nous avaient habitués par le passé.

 

Le (s) Con(s) d’or : Les Condors c’est environ 25 joueurs donc un « big-up » à Ludo sorti à la 15ème minute pour ne plus rerentrer, Andres pour avoir endossé le rôle du coach et juge de touche, Pierre, Louis et Charles L. laissés au repos ce jour

 

Eric LA SUISSE 

Tags: , , , , , , , , , , , , ,
Dans Matchs | Commentaires (2)

Les condors font sauter la banque

9 novembre 2012
par admin

 

8h : Rendez vous au café « bords de seine ».  Tout est froid et sans âme: Paris, le temps,  l’intérieur du café et le serveur

8h45 : Après avoir attendu Arnaud 30 min pour une obscure histoire de Clé et roulé jusque Champigny sur Marne, nous nous retrouvons dans les vestiaires (Je vous passe les détails récoltés sur la soirée d’Andres dans la voiture mais je vous  avoue être impatient de participer à la prochaine fête estampillée Condors)

8h47 : Jean Nico écrit la composition au tableau. Nous jouerons donc en 4-4-2 avec un milieu en losange (le système le plus dur à animer vous diront les experts) :

Morgan

Luigi                      Lofti                      Arnaud                Olivier

Ben

Diego                                                                                  Andres

Jean Nico

Gaël      Arthur

 

Avec en joker de luxe : Guillaume, Diego et Ludo

9h00 : On s’échauffe sous une pluie battante mais avec les encouragements de Jean Nico (ca ne réchauffe pas mais ca motive)

9h28 : La pluie s’arrête pour le plus grand soulagement de Pop venu faire la touche

9h29 : Ben perd le toss. Nous jouerons donc contre le vent

9h30. L’arbitre donne le coup d’envoi.  Le début de match est plutôt équilibré. Les Condors dominent légèrement mais le vent les empêche de développer leur jeu court et léché qui fait leur réputation en ile de France. Néanmoins ils s’installent petit à petit dans le moitié de terrain adverse et se procurent les meilleurs occasions : un tir sur le poteau, des centres et quelques tirs non cadrés.

A la demi-heure de jeu sur une action d’école débutée par une remise de jeu (correctement effectuée), Jean Nico lance Gaël coté gauche.  Ce dernier contrôle aux abords de la surface, élimine son adversaire d’un crochet intérieur et bats le gardien d’une frappe croisée à ras de terre au premier poteau. Du grand art. Certains iront même jusqu’à dire qu’il y a du Thierry Henry chez ce joueur.  

10h15 : Les Condors regagnent les vestiaires (ou plutôt le bord du terrain) avec un avantage mérité d’un but.

10h30 : Le match reprend. A noter l’entrée de Guillaume et Diego pour les Condors. Par respect pour les joueurs sortis nous n’y verrons pas de relation de cause à effet, mais toujours est-il que les condors repartent pied au plancher. Leur domination est maintenant sans partage et les actions se succèdent. Finalement sur la moins dangereuse d’entre elles, à savoir une relance anodine en faveur de l’adversaire, Gaël intercepte une passe en retrait vers le gardien, drible ce dernier et marque dans les buts vides. L’équipe et le banc exultent sentant la victoire se profiler.  Quelques minutes plus tard, Guillaume,  à la réception d’un  long ballon en profondeur coté gauche,  centre en un temps et du gauche (si si) à destination de Gaël.  Le joueur issu de la banlieue Est parisienne laisse passer le ballon puis , effectue une superbe reprise de volée croisée en pivot qui laisse le gardien sans réaction. Le ballon va se loger dans le petit filet : 3-0, la messe est dite !

La fin du match est un florilège d’actions en faveur des Condors dont une belle frappe de Ben sur le poteau a la suite d’un centre en retrait. A noter que l’entrée de Ludo sur le flanc droit a fini d’enfoncer l’adversaire. Les centres et les combinaisons labélisées « Joga bonito » se succédant sur ce coté du terrain.

11h15 : L’arbitre siffle la fin du match sur le score mérité de 3-0.

12h30 : On boit une petite bière  dans un café de la porte de Charenton où le temps s’est arrêté en 1982. En sirotant une bière d’un fut percé au siècle passé et dans un décor de rêve, entre périphérique et ligne de tram, nous nous refaisons le film du match

Extras :

La réaction présidentielle : « On a fait sauter la banque…»

Le Con d’Or : Gaël auteur d’un superbe triplé et d’un solide match

Le prix orange (et noir) : Pop pour la touche. Ben, Morgan et Jean Nico pour avoir éviter à toute l’équipe de se lever en plein de milieu de la nuit en nous conduisant à Champigny en voiture.

 

Arthur

Tags: , , , , , , , , , ,
Dans Matchs | Commentaires (0)

Page 1 sur 712345Dernière page »